©2018 Halzae : Heroes of Divinity.

IconHalzae01_small.png
SPRITE_Saltclock_small.png

CHAPITRE 2 - HASSELZOR

Chapitre II

                      

Hasselzor

               

Banni. Les Dieux l'avaient banni. Lui, Hasselzor, le général humain si souvent victorieux avait été exclu des Royaumes des Dieux. La punition était lourde, disproportionnée. Car non seulement il n'avait plus le droit de venir dans le Palais de ses Dieux, privilège qu'il avait mis tant de temps à obtenir, ils lui avaient également interdit de venir sur les terres revendiquées par quelconque mythologie.

                                                                                

En fin de compte, la sanction s'apparentait simplement à être jeté en dehors du monde, sans avoir le droit de socialiser avec qui que ce soit. Il était devenu le pire des parias, celui que personne ne devait toucher, à qui personne ne devait parler, que personne n'avait le droit d'aider.

                                                                               

De favori des Dieux à moins que rien en l'espace d'une seconde, parce qu'il avait osé contredire un ordre suicidaire de sa Déesse de la Guerre. Parce qu'il avait empêché un massacre sans le moindre sens. Parce qu'il avait sauvé des milliers de ses soldats, des milliers de vies humaines.

                                                                               

Certes, Hasselzor n'était pas au-dessus de sacrifier des membres de son armée pour remporter la victoire, et il l'avait fait à de nombreuses reprises, mais pas quand cela n'avait aucune chance de réussir ! Il ne supportait pas les boucheries inutiles, et il avait hésité pendant de longues heures. Que faire ? Trahir ses soldats, ou désobéir à un Dieu ? Il avait désobéi, ils l'avaient banni.

                                                                               

Depuis, il errait de village en village, cherchant un refuge, un endroit où il se serait senti en sécurité, à sa place. Mais à chaque fois, c'était la même chose. On lui disait de partir, qu'il n'avait rien à faire ici. On ne lui donnait pas de nourriture, pas d'eau, pas de lit où se reposer, ne serait-ce que pour une nuit.

                                                                               

Parfois, une âme bienveillante lui donnait quelques fruits, au détour d'un coin sombre. Il les remerciait toujours chaleureusement, avant qu'elles ne s'enfuient, bien trop terrifiées par le possible courroux des Dieux.

                                                                               

Lassé de se faire rejeter, il décida de s'éloigner des civilisations, et de partir là où on le chassait, dans les étendues qu'aucun Dieu, au début des temps, n'avait réclamées. Hasselzor survivait grâce aux baies et aux fruits qu'il récoltait, grâce aux animaux sauvages qu'il chassait, grâce aux poissons qu'il péchait.

                                                                               

Peut-être pouvait-il faire sa vie ici ? Monter une cabane d'ermite, et vivre loin du monde, ainsi que les Dieux le lui avaient ordonné. De toute façon, quel espoir pouvait-il avoir d'un jour se venger ? Pourquoi ne pas simplement tirer profit de ce que la nature lui offrait ? Il aurait certainement pu. Mais il ne voulait pas.

                                                                               

Une existence telle que celle-ci, dénuée de sens, n'avait aucun intérêt pour lui, et ne valait pas la peine d'être vécue. Aussi, il continuait de marcher, tous les jours, et de ne se reposer que quand il en avait absolument besoin. Il cherchait quelque chose qu'il ne pouvait pas trouver. Un but.

                                                                               

Fatigué de la surface, il explora des grottes et des souterrains en espérant au moins que le dépaysement lui ferait du bien. Mais rien ne changea, hormis un accroissement de son désir d'aller plus loin. Il s'enfonçait de plus en plus profondément sous terre, sans vraiment comprendre pourquoi. Comme s'il était guidé par une force insoupçonnable, il tentait de descendre le plus possible.

                                                                               

Jusqu'à ce que, soudainement, le sol s'effondre sous ses pieds. Il tomba de plusieurs dizaines de mètres de haut et atterrit dans une petite profondeur d'eau qui, curieusement, amortit sa chute.

                                                                               

Il regarda autour de lui, et vit une caverne comme il n'en avait jamais vu. Elle semblait s'étendre à perte de vue, seulement remplie d'eau et de sable qui se succédaient sans logique apparente. Au-dessus de lui, il pouvait à peine discerner le plafond, soutenu par des centaines de piliers de pierre, et encore moins le trou par lequel il était tombé.

                                                                               

Rapidement, il remarqua qu'il ne semblait pas y avoir de vie à l'intérieur de cette grotte. En tout cas, il n'en discernait pas la moindre trace. Il y avait donc de grandes chances pour qu'il ne trouve rien à manger ici-bas. Et malheureusement pour lui, il ne voyait aucun moyen de remonter.

                                                                               

Certes, il pouvait escalader les piliers, mais impossible de rejoindre l'entrée de la grotte, alors qu'il était incapable de la voir. Il soupira, se rendant à l'évidence. Il n'y avait rien qu'il puisse faire.

                                                                               

Inspectant les alentours, il s'aperçut que la lumière était étrange dans cet endroit. Elle ne faisait pas d'ombre. Elle semblait venir de nulle part, et de partout à la fois. Ou plutôt, sa source était très éloignée, même s'il n'en était pas sûr. Ne sachant pas sortir, et résigné à vivre ses derniers jours ici, Hasselzor décida d'au moins les rendre intéressants en essayant de trouver la source de cette lumière surnaturelle.

                                                                               

Cela lui prit des dizaines d'heures pour se rapprocher de son objectif. Comme il n'y avait ni jour, ni nuit, il perdit toute trace du temps assez vite. Quand il était trop fatigué pour continuer, il se couchait sur un banc de sable. À chaque fois, l'eau le réveillait en menaçant de l'engloutir. S'il y avait une marée ici, il ne la comprenait pas. Les petites dunes se faisaient et se défaisaient, s'immergeaient et émergeaient sans qu'il ne semble y avoir la moindre logique.

                                                                               

Et plus il se rapprochait de son objectif, plus le phénomène s'accentuait. Les lois de la physique ne s'appliquaient pas normalement dans cette caverne gigantesque. Et plus précisément, au centre de celle-ci. Car il en était persuadé, il se dirigeait vers le centre, vers la source de lumière. À mesure qu'il avançait, il comprit qu'il s'agissait d'un nouveau pilier, seulement plus grand, plus large, et d'un beau vert foncé. Presque comme un arbre, sauf qu'il n'avait pas de feuilles.

                                                                               

À présent, la fatigue n'était plus une raison suffisante pour s'arrêter. Il s'approchait, encore et encore, et ne devait, ne pouvait pas s'arrêter, même pour une courte pause. Rien d'autre ne comptait. Au bas de cet arbre étrange, il discerna une pâle lumière bleue. Sa respiration se faisait plus lourde, alors qu'il n'était plus qu'à quelques centaines de mètres.

                                                                               

C'était un cristal qui produisait cette lumière. Ses yeux ne pouvaient plus s'en détacher. Il était piégé. Hasselzor ne faisait plus attention où il mettait les pieds, il ne pouvait plus. Il trébucha quelques fois, mais ne le perdit pas du regard.

                                                                               

Enfin, il était juste en face du magnifique cristal. Il faisait la taille d'un enfant de trois ans et flottait dans les airs, à sa hauteur. Hasselzor sentit son cœur s'emballer, et sa respiration devint incontrôlable. Ses pupilles s'élargirent, afin qu'il puisse voir le cristal dans son ensemble, et ne rien en manquer.

                                                                               

Il réussit enfin à mettre des mots sur ce que c'était. L'Halzae. La légendaire source de magie qui, supposément, aurait donné naissance aux Dieux. C'était réel. Le cristal était tout ce qui en restait.

                                                                               

Hasselzor leva le bras, afin de pouvoir le toucher. Il ne ressentait aucune peur, juste une sensation d'accomplissement telle qu'il n'en avait jamais connue. Son index le toucha, puis son majeur. Toute la paume de sa main entra en contact avec le cristal, et il sut que, s'il essayait de l'enlever, il ne réussirait pas.

                                                                               

Il avait fusionné avec sa peau. Sa seconde main le toucha aussi. Il regarda plus profondément au cœur du cristal. Celui-ci lui montra des réflexions du monde. Le monde tel qu'il était maintenant. Le monde tel qu'il avait été autrefois. L'Histoire de la planète défila devant ses yeux. Les Dieux. Les peuples Humains. La paix. Le progrès. La guerre. Rien ne lui fut épargné.

                                                                               

Hasselzor tomba à genoux. Sa bouche était grande ouverte. Des larmes coulaient sur ses joues. Tout son corps tremblait à cause de la vision absolue qu'il avait. Entraînant le cristal avec lui, il tomba sur le côté. Il l'approcha de sa poitrine, et le protégea de tout son corps. Ses poumons fusionnèrent avec lui.

                                                                               

Épuisé par sa longue marche, accompli tel qu'il ne l'avait jamais été, la vision que le cristal lui avait fait voir ne le quittait plus. Elle résonnait en lui. Sa vue se troubla. Certain que tout sera bien meilleur maintenant qu'il était connecté à l'Halzae elle-même, il ferma les yeux, et sombra dans un profond sommeil sans rêve.

                                                                               

Quand il se réveilla, peut-être plusieurs jours plus tard, bien que la notion de jour ne veuille pas dire grand-chose dans cet endroit, le cristal avait disparu. Pourtant, il ne ressentait aucune peur. Il était calme et détendu. Il se releva en notant que la lumière avait disparu, sauf autour de lui.

                                                                               

Il réalisa alors qu'il avait absorbé le cristal. Il pouvait sentir sa présence à l'intérieur de son corps, dans chacune de ses cellules, partout. Hasselzor était devenu la source de lumière qu'il avait cherchée pendant tant d'heures. Celle-ci calquait son rythme sur celui de sa respiration. Sa peau elle-même émettait une fine couche de bleu turquoise.

                                                                               

Il comprit soudainement qu'il avait l'Halzae ! Au plus profond de lui, il sentait la magie divine battre au diapason de son cœur ! Avec ça, il pouvait sans doute concurrencer les Dieux ! Peut-être même pouvait-il les battre, et mettre fin à leur règne de terreur !

                                                                               

Était-ce seulement possible ? Certes, il possédait les dernières gouttes d'Halzae, mais pouvait-il rivaliser avec les Dieux ? Une seule manière de le savoir, se dit-il. Il ferma les yeux, et se concentra sur l'idée de sortir de cette caverne.

                                                                               

Presque immédiatement, il sentit une brise sur sa peau, et inspira un grand coup, laissant l'odeur de la forêt lui emplir les narines. Il rouvrit les yeux sur cette nature qu'il avait laissée de côté plusieurs jours, peut-être plusieurs semaines auparavant.

                                                                               

C'était vrai ! Il possédait la même magie que les Dieux ! Pour confirmer une dernière fois, et pour prouver qu'il avait bien les mêmes capacités offensives que celles et ceux qu'il comptait abattre, il se concentra sur l'idée de tirer une boule de feu, et des flammes jaillirent instantanément de la paume de sa main droite pour aller s'écraser contre un arbre.

                                                                               

Le tronc brûla en quelques secondes seulement, et le sommet s'effondra au sol, dans le brasier qu'il venait de créer. Rien ne semblait pouvoir arrêter un incendie qu'il déclenchait. Sauf si lui-même y pensait. C'est ce qu'il fit, et la fournaise s'interrompit aussitôt. Puis, il ordonna silencieusement à l'arbre de se régénérer, et celui-ci lui obéit.

                                                                               

Après moins de temps qu'il n'en fallait pour le dire, tout était rentré dans l'ordre, sans qu'il ne reste la moindre trace du sort d'Hasselzor. C'était confirmé à présent, l'Halzae était en lui, et rien ni personne ne pouvait l'arrêter ! Même ses anciens maîtres ne pourraient rien contre sa puissance.

                                                                               

Il marcha un peu afin de réfléchir à sa prochaine action, car simplement se venger des Dieux n'était certainement pas un plan digne de ce nom, digne d'un humain qui venait de recevoir tout ce qui restait de la magie des Dieux. Évidemment, il allait faire tomber les mythologies une par une, car elles ne seraient jamais toutes présentes au même endroit.

                                                                               

Il savait déjà par qui il terminerait sa croisade, car celui qu'il visait en dernier devait être celui qui se présentait comme leur maître à tous. En le battant, après avoir supprimé tous les autres, plus personne ne contesterait jamais ses pouvoirs, et sa domination sur le monde.

                                                                               

Hasselzor décida de commencer par le dernier village qu'il avait croisé, celui où une vieille femme lui avait donné un pain entier, qu'il avait dévoré en seulement quelques minutes, affamé qu'il était.

                                                                               

En arrivant près du petit groupement d'habitations, il remarqua un attroupement autour de ce qu'il devina être la place du village, au centre de laquelle trônait une fontaine. Dès qu'il s'en approcha, ceux qui le virent écarquillèrent les yeux. Il se fraya un chemin alors que de plus en plus de monde le dévisageait, sans qu'il ne comprenne pourquoi.

                                                                               

Perchée sur le rebord, une femme d'une quarantaine d'années s'adressait à la foule, tentant visiblement de la calmer. Elle aussi vit Hasselzor, et elle aussi s'en arrêta de parler.

                                                                               

- Que se passe-t-il ici ? demanda l'ancien général des Dieux.

- Je…euh, bégaya la femme.

- Les champs ont été détruit par les Dieux ! s'exclama un vieillard assis sur un banc, à quelques mètres de là.

                                                                               

Il était clairement aveugle, et ne semblait pas troublé par Hasselzor autant que les autres. Celui-ci regarda au loin, et vit les récoltes brûlées.

                                                                               

- Pourquoi auraient-ils fait ça ?

- Pour nous punir d'avoir accueilli un fugitif ! Il est passé il y a quatre semaines, et une traîtresse lui a offert du pain !

- Qu'est-il arrivé à cette femme ? continua à interroger Hasselzor sur un ton calme, mais sec.

- Nous l'avons enfermée en attendant de décider de son sort. Ce que nous allons faire maintenant ! s'écria le vieil homme. Il faut aussi que nous capturions le fugitif, et que nous le ramenions devant la cour des Dieux !

- Papy, souffla une jeune fille à côté de lui. C'est lui, le fugitif.

- Comment ça ? Mais qu'attendez-vous pour le mettre aux fers ! beugla-t-il en se levant, et en s'appuyant sur sa canne.

- On ne peut pas, … il est…, tenta-t-elle d'expliquer sans pouvoir finir sa phrase.

                                                                               

Sentant tous les regards posés sur lui, Hasselzor se demanda quelle était la raison de cette stupéfaction. Il regarda ses mains, et compris instantanément. Elles étaient entourées d'une pâle lueur bleue. La même qui l'enveloppait dans la grotte. La même qui entourait tous les Dieux.

                                                                               

Le fugitif misérable qu'ils avaient croisé quelque temps auparavant était devenu un Dieu, alors que ça n'était pas possible, que ça ne s'était jamais produit.

                                                                               

- Mais réagissez, bon sang ! hurla le vieillard.

- Ce n'est pas de votre faute, affirma Hasselzor. Les Dieux ont voulu me punir, et vous en avez fait les frais. Mais ce sera la dernière fois !

                                                                               

Et il claqua des doigts. En réponse à l'Halzae, les récoltes repoussèrent en quelques secondes, et couvrirent bien vite les champs autrefois détruits par cette même magie. Tous les villageois firent de grands cris, peu habitués à une telle générosité.

                                                                               

- Mais que se passe-t-il à la fin ? Allez-vous donc le saisir ?

- Il vient de faire renaître les cultures, papy !

- Quoi ? Mais c'est impossible !

                                                                               

L'ancien général utilisa à nouveau ses pouvoirs, et rendit la vue au vieillard, qui écarquilla les yeux, stupéfait. Il ne savait plus quoi dire et, alors que son regard alternait entre les champs et le fugitif, des larmes coulèrent le long de ses joues.

                                                                               

- Plus rien ne vous sera impossible désormais, déclara Hasselzor. Trop longtemps, les Dieux vous ont écrasé. Trop longtemps, vous avez vécu sous leur joug sans jamais n'avoir rien eu à dire ! Il est temps de renverser la vapeur ! Suivez-moi, et participez à votre libération ! Suivez-moi, et mettez un terme à leur règne éternel !

                                                                               

A suivre...